Molécules sur Silicium Si(111)-B

 

Objectif : Réaliser des auto-assemblages supramoléculairs sur une surface de silicium passivée (Si(111)-B)

 

Depuis 2010, le groupe a consolidé ses travaux et a obtenu des réseaux recouvrant des surfaces de silicium de façon quasi-illimitée. Cet objectif a été atteint en proposant une approche moléculaire qui allie à la fois un accord entre la symétrie des molécules à celle de la surface, et un accord entre la distance inter-atomique des adatomes de la surface à celle des sous-unités de la molécule. La précision nécessaire pour de tels accords est de l’ordre de la dizaine de picomètres. Cette approche a été publiée dans Angewandte Chemie International Edition en 2011.

 De plus, nous avons démontré qu’il était possible de réaliser des assemblages à plusieurs composants en remplissant des nanopores sur la base du concept « hôte-invité ». L’ensemble de ces travaux a été réalisé sur une plage de température comprise entre 100 et 450 K, ce qui est un élément remarquable puisqu’il se différencie des études sur surfaces métalliques qui sont le plus souvent réalisées entre 4 et 77 K. Cette année, nous avons démontré le rôle prépondérant des interactions molécules-molécules pour générer des assemblages artificiels. Ces résultats ont fait l’objet d’une publication dans Physical Review Letters  et d’un communiqué de presse du CNRS en février 2015. Ces travaux furent financés par trois projets ANR intitulés SUPRAMEM (porteur F. Chérioux), MISS et AUTOMOL.

 

0 0 1 14 77 FEMTO-ST 1 1 90 14.0 Normal 0 21 false false false FR JA X-NONE /* Style Definitions */ table.MsoNormalTable {mso-style-name:"Tableau Normal"; mso-tstyle-rowband-size:0; mso-tstyle-colband-size:0; mso-style-noshow:yes; mso-style-priority:99; mso-style-parent:""; mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt; mso-para-margin:0cm; mso-para-margin-bottom:.0001pt; mso-pagination:widow-orphan; font-size:10.0pt; font-family:"Times New Roman";} Evolution de la compacité du réseau moléculaire en fonction du taux de recouvrement local.